Identifier les soft skills

Fév 12, 2021 Recrutement

Notion de Soft Skills

De nos jours, en sus des compétences techniques, les softs skills sont capitales et font de plus en plus la différence. Grâce à ces compétences, l’entreprise peut relever les défis.

Parmi elles, on trouvera la rigueur, la ténacité ou encore la capacité d’apprentissage autonome… Le plus délicat est d’arriver à identifier quelles sont les soft skills nécessaires pour chaque poste et de mettre en place les dispositifs qu’il faut pour les acquérir.

A ce niveau la DRH a un grand rôle à jouer, elle doit se questionner sur les soft skills qui doivent être maîtrisées dès la prise de fonction, et celles qui doivent être développées plus tard. Cette phase est fondamentale pour connaître les compétences requises pour le poste ainsi que le degré de priorité de chaque soft skill identifiée. Cette identification permettra de recruter les candidats adéquats et de les accompagner pour anticiper ou suivre l’évolution de l’entreprise ou de leur poste.

Contrairement aux hard skills, les soft skills ne sont pas des connaissances ou une aptitude à réaliser des tâches. Elles sont davantage en lien avec la personnalité, le savoir-être ou les habiletés naturelles.

Les soft skills reflètent souvent le comportement et sont acquises, la plupart du temps, à travers l’expérience. Elles sont, dès lors, difficiles à évaluer et surtout à définir en fonction de la nature du poste.

Comment identifier les soft skills adéquates?

Les soft skills nécessaires pour chaque profil dépendent aussi bien de la nature du poste que de la culture d’entreprise et du secteur d’activité. Il est capital de les identifier pour bien mesurer chaque collaborateur et assurer les actions nécessaires pour les développer. Par exemple, pour une entreprise qui travaille en open space, les collaborateurs les plus épanouis sont ceux qui ont un sens de la concentration bien développé. Cette qualité sera moins importante pour une autre entreprise à l’organisation différente.

La DRH a une mission importante quand il s’agit d’identifier les soft skills et réussir le recrutement de bons candidats. Les responsables RH doivent réfléchir aux situations professionnelles de chaque poste, et décortiquer les comportements nécessaires pour en déduire les compétences comportementales  indispensables. Lorsque pour un poste de commercial, la communication est importante et prioritaire, pour un poste de chef de projet, l’organisation et la gestion du stress semblent catégoriques. Il ne faut pas oublier que ces compétences évoluent en fonction des attentes du poste et des nouvelles exigences de chaque métier.

En plus de l’identification, un travail de hiérarchisation va permettre d’anticiper les besoins à venir et d’accompagner à la performance. Par exemple, le sens de l’organisation est important quand on gère un projet. En revanche, l’empathie peut être considérée comme secondaire. L’évolution se fait dans le temps et exige de l’expérimentation.

Comment développer les soft skills des collaborateurs

Une fois ces compétences identifiées, il est important d’accompagner les collaborateurs à les développer ou utiliser à bon escient. Le développement des soft skills est un processus long qui demande que certains concepts soient bien compris comme ceux des techniques de communication mais surtout vécus en entreprise.

Le manager est un allié qui permet, grâce à son feed back régulier à chaque membre de son équipe de donner des pistes d’amélioration. Attendre l’évaluation annuelle pour ce type de feedback risque d’être inefficace. Les retours plus immédiats et continus sont nécessaires pour ancrer ce qui doit devenir des réflexes professionnels.

La Direction des Ressources Humaines doit réaliser et comprendre que c’est un travail en continu qui va permettre à chaque collaborateur de développer les compétences comportementales importantes pour améliorer ses propres performances au service du collectif. Sans une prise en compte des compétences nécessaires et un vrai travail pour les développer, le collaborateur risque d’être jugé « incompétent » malgré ses compétences techniques élevées. Le rôle d’un SIRH est précieux à ce niveau, il permet une évaluation en continu et de constater les axes d’amélioration en quasi temps réel et d’adapter et en particulier de les historiser.

Sources : https://fr.hrmaps.eu.com/drh-comment-identifier-les-soft-skills-necessaires/